Investir sur le vin

Faire acheter des caisses ou des bouteilles de vin et les stocker en attendant une hausse de prix : spéculation ou investissement ?

C’est en tout cas un placement à la mode, car le vin est considéré comme une valeur refuge. En toute logique, il protège de l’inflation. De plus, certains vins se révèlent après des années, ou peuvent voir leur côte augmenter. On peut donc espérer une plus value correcte.

Par contre, à long terme, il n’y a aucune raison d’atteindre un rendement faramineux. Pour cette raison, l’investissement dans le vin doit être considéré comme une diversification pour un gros patrimoine uniquement.

 

Rendement du vin

Le site spécialisé Patriwine a annoncé une hausse de 10% de la valeur de son offre Patricave 10 sur le 1er semestre 2012. Ce sont exclusivement des caisses de vin de Bordeaux. Le revers de la médaille, c’est qu’une bouteille de 20 après 20 ans est rarement encore buvable : ils s’agit donc d’une pure spéculation qui, en plus, empêche les vrais amateurs de vin de déguster la bouteille.

Acheter du château Margaux ou du Mouton Rothschild ? Pourquoi pas, mais il y a quand même des risques de baisse : en 2008/2009, les prix ont chuté de 25% environ selon l’indice spécialisé des vins de luxe Liv-Ex. D’ailleurs le Liv-Ex Fine Wine 100 est à 257 à la fin 2012, à 5% de plus que le 1er janvier 2008. Et à comparer avec 93pts  en juillet 2001. Ca fait un rendement composé de 9,2% annualisé depuis mi 2001. Pas mal !

 

cours liv-ex


Résistance aux crashs

Par contre, le vin reste un investissement de long terme. Il est soumis à de fortes baisses. L’une vient d’ailleurs de se terminer, l’indice a perdu 30% de mi 2011 à fin 2012. Cela suggère que les prix actuels sont un bon point d’entrée.

L’indice LVX INV retrace l’évolution depuis 1988 des vins les plus « liquides » (ahah) et les plus faciles à investir, typiques dans les sites d’investissement de vin. L’indice a sextuplé de 1988 à 1997 ! soit du 20% annuel, avant de stagner de 1997 à 2005, puis de reprendre sa hausse entre 2005 et 2011. Au final sur 25 ans d’historique, le rendement annualisé est de 11,86%, ce qui est assez exceptionnel. Il y a tout de même un biais : j’ignore à quel moment l’indice a vraiment été calculé. Car si par exemple il a été créé dans les années 2000 et qu’on a « retro calculé » la performance des vins qui se sont montré les meilleurs 15 ans plus tard, alors on a introduit un biais. Les chiffres sont donc à prendre avec des pincettes.

 

Et lors d’un gros crash, lorsque tout le monde veut sortir son argent immobilisé comme en 2008, le prix du vin baissera aussi.

 

Comment investir ?

Le site patriwine.fr propose une cave en ligne. Mais comme pour d’autres matériaux « physiques », les droits de garde existent car il faut bien stocker le vin réellement. Cela coûte sur le site, par an, 18 euro par caisse (stockage) + 0,4% (assurance). Sachant que les caisses valent en moyenne 1000 euros, on peut donc estimer les frais à 2,2% par an. C’est beaucoup. Et c’est correct en même temps car c’est pareil que les fonds Sicav/FCP. Sur ce site, il est possible d’acheter des caves toutes faites ou de choisir ses caisses « à la carte » parmi de nombreux vins de luxe. L’avantage c’est la garantie de revente au prix indiqué dans l’évaluation de votre cave.

Et finalement les frais de garde sont corrects par rapport au coût d’une bonne cave à bonne température chez soi.

Il existe un site de conseil sur l’investissement dans le vin, peu connu.

  • Patriwine : surcôte souvent les vins.
  • Cavissima est moins industrialisé que Patriwine et plus adapté à un conservation courte : en effet les frais annuels sont de 14,40 euros par an et par caisse de 12. Mais il y a 15% de commission sur la plus-value à la revente. Achat en primeur et ouverture de compte à partir de seulement 400 euros sont les points forts de Cavissima.
  • R&S Corp n’a pas l’air du tout sérieux et je ne le recommande pas. Les frais annoncés sont de 1 à 3,5% par an, plus des frais d’entrée et de sortie, et le ticket est à 10 000 euros.
  • La bergère Investment : 20% de frais à la revente, c’est beaucoup. Frais de stockage : 12 euros par caisse et par an. Le site est codé avec Joomla et a l’air très marketing, ça inspire moyennement confiance car il y a peu d’infos chiffrées : contrairement à Patriwine, pas de prix des bouteilles en ligne..
  • Cave d’épargne : les droits de garde sont les moins chers avec seulement 10 euros par caisse et par an. Les autres frais ne sont pas précisés. On sent le site artisanal français. En plus pour le momet c’est juste un site de stockage, mais il n’y a pas du tout l’aspect valorisation en bourse et revente, qu’offrent Cavissima et Patriwine. Mais si vous arrivez à revendre le vin vous-même, ça peut être un bon plan.
  • Sinon pour juste faire stocker son vin ialleurs, il y a de bon sites comme les caves Bourdin

Investir via des fonds d’investissement

Pas envie de sélectionner vous-même les bouteilles et envie de diversifier vos placements ? Vous pouvez alors investir directement dans un fonds qui gère une cave. Mails il y a deux problèmes :

  • Contrairement à un investissement personnalisé, pour lequel vous pouvez suivre la valorisation mensuelle en ligne, vous ne savez pas trop ce que le fonds achète. Tant que le fonds croit, comme ceux de Madoff, tout va bien. Mais il y a un risque de survalorisation, surtout si c’est la société de gestion qui valorise elle-même et ne se base sur aucune « bourse du vin » de type Liv-ex
  • Les frais sont très élevés : 4% à la souscription + 3,5% chaque année pour le fonds Uzès, + des frais de sortie avant 6 an. C’est énorme, presque plus que pour les investissements défiscalisant comme les FCPI.
Il existe deux fonds principaux en Europe :
  • Nobles crus : Malgré ses 50 millions d’argent géré, ce fonds a mauvaise réputation car il s’auto valorise. Cela explique qu’il ne baisse jamais depuis 3 ans alors que le Liv-ex a montré des corrections de prix des vins. C’est suspect. Plusieurs journaux ont critiqué ce fonds, récemment
  • Uzès Grands crus : a été lancé fin 2012 et il est réservé aux investisseurs riches ou du domaine de la finance : le ticket d’entrée est à 30 000 euros. Ses frais sont énormes, malgré cela on peut envisager un rendement à long terme de 6% environ.

 

Revendre soi-même ?

Une alternative à ces investissements consiste à stocker et revendre soi-même des bouteilles. Quelques exemples de site pour revendre

  • Idealwine (frais élevés)
  • Ebay
  • Wineandco
  • Lire les avis sur lapassionduvin.com

 

Fiscalité

L’investissement dans le vin est soumis à l’impôt sur les plus values dans l’IR, comme tout bénéfice. Il peut par contre :

  • être exonéré pour une vente de moins de 5000 euros
  • Ou après 12 ans de détention, avec une exonération de 10% par an à partir de la 3e année.

 

Le futur du vin

Avec l’augmentation de la population de classe supérieure en Asie, notamment en Chine très férue de vin, on peut prévoir que la demande en vin de qualité va rester soutenue sur les années à venir. Les perspectives sont positives et y investir est une bonne idée. Cependant les valorisations sont déjà élevées, la rareté joue déjà son rôle, et il est à craindre que la concurrence des vins du nouveau monde finisse par donner un coup aux vins français. Attention donc à diversifier géographiquement ses vins.

 

Lorsque les rapaces de fonds d’investissement se lancent, c’est qu’il y a un marché qui grossit et aussi de grosses commissions à se faire. Nous déconseillons formellement l’investissement dans des fonds sur le vin. Par contre via Cavissima ou Patriwine, si vous voulez. Vous pourrez toujours boire le vin au cas où sa valeur baisse..


7 thoughts on “Investir sur le vin”

  1. Bonjour,

    Merci pour cet article. Investir dans le vin est assez tenant mais il faut être un peu connaisseur. Je n’ai jamais réussi pour le moment à apprécier le vin à sa juste de valeur.

    Difficile pour moi de pouvoir en revendre. Par un fond d’investissement ça me parait intéressant comme pratique. A tester

    Salutations

  2. Je partage votre avis, sur le fait que choisir ses vins est bien la chose complexe dans cette affaire. Ceci étant, j’ai vu notamment que Cavissima avait bien progressé en lançant une boutique spéciale investissement qui permet de constater et comparer les courbes d’evolution des vins sur plusieurs millesimes avant de se lancer dans l’achat. Un véritable espace pro qui permet de réduire les risques d’erreur à l’achat.

  3. Bonjour, je suis pret a me lancer dans cet investissement, par contre, comme vous l’avez dit, Patriwine semble surcoter les vins qu’ils vous proposent a l’achat, de l’ordre de 30 euros par bouteilles pour les grands crus ( selon les infos trouve sur le web )
    existe t-il une cote OFFICIELLE des vins ?
    merci
    A+
    Arthur

  4. Les grands crus bordelais sont côtés à la bourse ainsi qu’à Londres. Les prix indiqués sont donc ce qui se rapprocheraient le plus d’une côte officiel. Par contre, il est peu probable pour un particulier d’obtenir ces prix car cela inclus d’autres facteurs (quasi absence d’intermédiaire, volume d’achat élevé, coût de livraison, coût de stockage), donc au final avec un achat de gré à gré, l’intermédiaire va réaliser une marge conduisant à des prix plus élevés. Personnellement j’ai acheté sur le site Patriwine, cf mon article http://www.investissementmalin.fr/mon-investissement-en-vin-patriwine/ – Certes on peut trouver moins cher ailleurs sur certains crus (à l’époque sur leur proposition je n’avais pas trouvé moins cher ailleurs) mais je pense que le plus important est la capacité à écouler le stock au moment où je souhaite sortir et sur ce point, ils m’ont paru pertinent. Pour le moment la perf est bonne, mais je n’ai pas décidé de vendre donc difficile de valider si leur réseau est véritablement efficient.

  5. Le site http://www.macaveamoi.fr permet de gérer votre cave en ligne mais fournit également des cotations et graphiques d’évolution au quotidien, avec des rapports de rentabilité : enfin un site qui combine gestion de cave ‘classique’ et indications financières ! Ça peut aussi aider à simuler une cave et suivre l’évolution de l’investissement.

  6. Très bonne remarque de wine-invester, c’est exactement dans cet esprit que MaCaveAMoi fournit des ‘cotations’ qui ne sont autres qu’une observation des prix pratiqués par les marchands de vins. Pour information, les accords mets et vins sont aussi disponibles maintenant sur le site et tout est gratuit !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *