(123) 456-7890 info@yourdomain.com

Comment fonctionne le marché de l’or, le COMEX ?

L’or reste la valeur refuge en temps de crise. Après avoir touché un plus bas de 1627$/once en cours de journée le 22 mars 2012, il va probablement toucher pour la 1e fois les 2000$ au cours de l’année 2012 (bien que comme chaque année et à chaque correction, certains « experts » prévoient un éclatement du cours)

 

Le COMEX est le principal marché mondial pour les transactions sur l’or. Comment ca marche ? qui achète et vend, quels sont les volumes ?


Le COMEX traite des options et des futures.

Lorsqu’on lit le rapport hedo de la CFTC (commission US de surveillance des marchés de matières premières en gros), disponible en ligne (http://www.cftc.gov/dea/options/other_lof.htm), on se rend compte que le marché de l’or est en fait beaucoup plus équilibré que les articles ne le disent.

On lit parfois sous la plume de certains soit disant experts que « les initiés vendent alors que les petits porteurs continuent à acheter bêtement ». C’est faux.

Le rapport du 13mars donne très exactement les chiffres suivants.
Il s’agit de lots de contrats de 100onces d’or (soit 2.9kg, ou encore des contrat de environ 116 000 euros de nominal, le capital réellement engagé étant limité par les règles de marges)

Sur l’or on a donc :
– des producers et user : ce sont des utilisaiturs au sens professionel, comme des revendeurs, grossistes, bijoutiers, et non des M. tout le monde qui sont à mon avis eux dans la catégorie « non reportable »:
– Managed money = fonds d’investissements.

 

Les positions ouvertes

Producteur+Marchand+Industriel+utilisateur : 105 330 long, 270 832 short, net = -165 502
Swap Dealers : 36241 long, 77473 short, 103842 spreads; net = -41 232
Managed Money : 151 297 long, 12 798 short, 27 473 spread; net = +138 499
Autres « reportables » : 45 313 long, 20 536 shorts, 143 593 spreads ; net = +24 777
Non reportables : long 70 089, short 26 632; net = 43 447

Total: 683 178 lots de contrats ouverts, autant de shorts que de long par définition (ce sont des contrats et non des dérivés).

 

C’est en train de changer de tendance sur le mois de mars 2012 (réduction du nombre de lots ouverts, les producteurs vendent leurs horts et les spéculateurs vendent leurs longs) et cela explique pourquoi les cours sont en stagnation entre 1620 et 1670$ par once depuis la mi-mars ! Ajoutez à cela que la demande a l’air stable, ainsi que les nouvelles
macroéconomiques et l’évolution du US$.

En fait depuis des mois les positions sont similaires, dans le même sens pour chaque catégorie d’intervenants. C’est pour cela que pour analyser les « impressions » des traders, les commentateurs regardent la variation de long et de short, et non leurs chiffres absolus..

Il est donc dur de lire les chiffres : les producteurs achètent des short pour couvrir leur production contre une baisse du prix. Si le prix baisse trop, ils vont donc réduire leur nombre de shorts. En effet ils considèrent alors qu’il est peu probable que les cours baissent encore, et cette couverture leur couterait cher. Ils préfèrent donc empocher leur plus value sur leur couverture.

Alors que pour les autres, ils spéculent et vont donc plutôt augmenter leur nombre de shorts si le cours baisse, pour être « dans le vent ». Et il faut rappeler que ce tableau de chiffres reprend juste les positions des 300-400 plus gros traders du COMEX qui sont obligés de remplir le formulaire du CFTC : ce sont les « reportables ». Le CFTC affirme sur sa page explicative que c’est censé représenter de 70 à 90% du volume total du marché .
Les « nonreportables » sont simplement les gens qui ne remplissent pas le formulaire du CFTC, leur nombre de contrats est déduit par substraction des « reportables » sur le total de contrats ouverts.

 

Historique

On regarde l’historique depuis octobre 2008, une date qui suit des mois et des mois de baisse, pour les « commercial » (producteurs et assimilés) :

  • Octobre 2008 : à -99 000 contrats (donc ils sont net shorts même à un « bas » niveau de cours)
  • Aout 2009 : on est a 125k long pour les commercial, et 357k shorts
  • Octobre 2010, 889k contrats ouverts, avec swap et producer a 174k long pour 501k shorts !!

 

Conclusion : il faudrait faire le graphique hebdo historique, mais sur une longue perspective depuis plusieurs années, on est en train de rejoindre un niveau de couverture par les producteurs « moyen ». Cela plaide pour une ré augmentation des cours à court terme (fin mars et début avril).

 

Banques

L’analyse des engagements des banques (http://www.cftc.gov/dea/bank/deaMar12f.htm) nous apprend aussi que sur le COMEX futures, les 24 banques rapportrices détiennent au 6 mars 53% des positions ouvertes : 55 117 longs et 183426 shorts. (sur 443 249 au total)

Malheureusement nous n’avons pas de données plus récentes.

 

Sur les options, les banques sont 12 et n’en détiennent « que » 10 à 15%, et les short et les longs s’annulent à peu de choses près.
Ceci dit, l’étude de l’historique montre que ce n’est pas de la spéculation « rapide »: dans les rapports des mois précédents, on voit que les banques ont toujours un volume équivalent de shorts sur l’or, toujours 3 ou 4x+ que des
longs.

 

Donc les banques forment une bonne partie du marché peut être un gros tiers au total, ce qui leur permet de manipuler le marché. Les producteurs, intermédiaires et autres personnes ayant vraiment besoin du marché pour se ocuvrir des changements, forment un autre tiers. Enfin le 3e tiers est form des spéculateurs et des fonds d’investissements, qui eux investissent massivement sur la hausse, et ce même en période de baisse des cours, car la plupart sont sur du long terme.

 

Comme les forces à long terme s’équilibrent entre producteurs et spéculateurs, les mouvements courts termes sont facilement dictés par les opérations des grosses banques ou gros fonds d’investissements. Ainsi il a été rapporté que la 1e baisse massive de 1790$ vers 1700$, de février 2012, est due à un intervenant un peu stupide qui a, sciemment ou pas, vendu 31t d’or d’un coup

 

Donc avant d’investir sur le marché de l’or, il faut savoir détecter les intentions des intervenants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *