Une monnaie locale, à quoi ça sert ?

Sol violette de Toulouse

Sols à Toulouse, SoNantes à Nantes… les monnaies locales fleurissent un peu partout en France

Définition des monnaies locales

Une monnaie locale est créée pour une zone géographique limitée, et fonctionne en complément de la monnaie nationale, pour défendre des principes liés à l’économie sociale et solidaire. Elle n’a pas de cours légal et ne peut faire l’objet de spéculation.

Cela signifie qu’elle n’est convertibles qu’en euros, et à un cours fixe (souvent la parité).

Cette monnaie est légale car « on ne crée pas de monnaie, on ne fait que substituer des euros au système de façon momentanée » rappelle Dante Edne-Sanjurjo, responsable de la monnaie basque. Il ne peut donc y avoir d’effet sur le cours de la monnaie nationale de référence.

Inflation ou déflation ?

Certaines monnaies locales, comme le chiemgauer en Allemagne ou le sol Violette à Toulouse, sont des monnaies fondantes. Elles perdent lentement de leur valeur au fil des mois.
Le concept de monnaie fondante vient d’un économiste du début du XXème siècle, Silvio Gesell, et a été appliqué pour la première fois à la monnaie locale de Wörgl (en Autriche) pendant la Grande Dépression des années 1930.

Exemple avec les « abeilles » de Villeneuve sur lot :  pour pouvoir utiliser un billet de cinq Abeilles au bout de six mois, vous devez coller une vignette qui représente 2% de sa valeur, soit 10 centimes. A partir de là, le billet peut continuer à circuler

Garder de la monnaie vous coute donc de l’argent, ce qui vous incite à le re dépenser tout de suite. L’autre avantage de ce système, c’est qu’on inverse le fonctionnement de l’économie capitaliste : dans le capitalisme, le taux d’inflation est une variable, en bonne partie définie par les banques centrales : le but est de juguler au maximum l’inflation, car elle fait perdre de l’argent aux rentiers et menace les rendements des crédits passés. A l’inverse, avec de la « déflation organisée », les rentiers sont perpétuellement découragées, toute épargne doit être réinvestie, sinon elle diminue. Bien sur, les comptes bancaires en monnaies locales n’existent pas, cela n’irait pas avec le concept de faire circuler de l’argent liquide, et serait combattu par l’oligopole bancaire. Mais cela remettrait les masses d’argents qui dorment dans des coffre, au service du peuple

But :  Dynamiser l’économie locale

Le principal intérêt des ML est bien d’accélérer les échanges. « On estime qu’un euro est échangé 2,4 fois en moyenne entre deux passages par la banque. Pour une monnaie solidaire comme le Sol Violette, c’est plutôt 6 fois ! » d’après Philippe Charbois, responsable administratif du Crédit Coopératif de Toulouse, l’institution bancaire qui soutient les sols. Ce qu’il décrit, c’est en fait l’indice de circulation de la monnaie. Une devise complémentaire, locale, circule beaucoup plus vite ! Et c’est ainsi que les échanges locaux sont ravivés, donnant alors un coup de fouet à l’économie locale

Si ce but est mieux atteint avec une monnaie déflationniste, il fonctionne aussi sans.

Les effets

En résumé, une ML a les effets suivants :

  • Soutenir l’emploi local et éviter les délocalisations
  • Favoriser particulièrement le lien social
  • Favoriser le fonds de roulement des entreprises
  • Déclencher une prise de conscience de l’importance des échanges locaux, et promouvoir une certaine éthique

Chez Rentables, nous sommes convaincus de l’utilité des ML.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *