Quand les banques manipulent les dates

calendrier bancaire

Nous avons vu que les banques ont été inventées pour recueillir l’argent des gens et le mettre en sécurité. Cependant, cette mission très lointaine n’existe plus, à l’époque de l’argent dématérialisé.

Il y a par contre des us et coutumes bancaires qui persistent et sont dignes de voleurs. Commençons par rappeler que ces banques vivent de notre argent, qu’ils ont contraint les états à accepter la monnaie émise par eux (les reconnaissances de dettes sous forme de valeur de compte en banque, convertibles en euros billets de la BCE) et que notre argent devrait être disponible à tout moment.

Or, ils ont réussi à avoir leur propres règles, et comme on nous oblige de facto à avoir un compte en banque, les règles des banques ont autant de valeur que des lois d’état.

Les « jours fériés interbancaires »

Première règle étonnante, les banques disposent de leurs propres jours fériés. Cela n’a rien à voir avec les jours de fermeture des agences : il s’agit de jours où les mouvements entre banques, comme par exemple les virements avec le système mondial SWIFT, sont suspendus. Il y a un calendrier en France, qui est établi par la FBF et le CFONB.

On apprend ainsi que pour les échanges interbancaires, tous les samedis et les dimanches de l’année sont des jours fériés, mais également 6 jours par an pour les échanges passant par TARGET2, et 12 pour ceux transitant par CEPC.

Concrètement, et sans encore tenir compte des dates de valeurs et des temps de traitement, cela signifie qu’un virement fait le vendredi soir, n’arriverait que le mardi matin sur un autre compte. Vous avez bien lu, pas le lundi.. le mardi matin ! en effet, ce « férié » veut dire que les « batchs » bancaires, ces programmes qui tournent pendant la nuit pour faire les échanges, ne tournent pas le samedi matin (nuit du vendredi au samedi) ni le dimanche matin. Ils tournent le lundi matin.. mais juste pour faire sortir l’argent du compte qui donne de l’argent. Au plus tôt, la banque qui reçoit l’argent le traitera donc dans la nuit du lundi au mardi.

Cela a des effets assez imprévus. Par exemple en cette période de Pâques, le vendredi saint et le Lundi de Pâques sont fériés interbancaires. Un virement fait dans la journée de jeudi avant Pâques, le 2 avril, ne sera pas sur le compte receveur avant le mercredi 8 avril !

Il est complètement incroyable qu’au 21e siècle, les banques aient décidé d’éteindre leurs serveurs pendant les weekends et certains jours. Une vaste blague: même le gouvernement, qui envisageait au début des années 2000, de fermer les sites internet des services publics pendant les nuits et les weekends, y a renoncé.

Les vraies banques en ligne.. et les autres

Les vraies banques en ligne sont prisonnières de ce système désuet. Notons déjà qu’en Amérique, le double système « carte de débit / carte de crédit » permet que les achats apparaissent dans la journée sur le relevé en ligne (et non 2 à 4 jours après comme en France, où ils semblent apparaitre seulement quand l’argent a rejoint le compte du commerçant). Avec une vraie banque en ligne comme ING Direct (et PAS avec une fausse banque en ligne comme Hello Bank), vous avez ainsi ces avantages :

  • Les virements entre compte ING apparaissent en temps réel sur le compte
  • Malheureusement, le système Visa & Mastercard interroge le solde des comptes à J-1 (encore un batch qui tourne la nuit), donc bien qu’ING vous montre que vous avez déjà ré approvisionné votre compte pour faire un achat en ligne, votre carte Visa vous refusera l’achat.
  • ING vous montre en avance les prélèvements qui vont être faits par vos créanciers : normal, ils ont déjà reçu l’information, mais ils ne l’exécuteront que lors du prochain « batch ».
  • Au lieu de traiter dans le batch de mardi 2h00 du matin, les rentrées d’argent envoyées par les autres banques tôt le lundi matin, ING traite ces rentrées le soir même, vers 18h : vous voyez l’argent sur votre compte une demi-journée avant les gens qui sont dans des banques classiques !

Les dates de valeur

Ce n’est pas fini : non content de mettre un temps fou à traiter les virements, on va dire en moyenne 3 jours à cause des jours fériés et des décalages de batchs, les banques appliquent le système des « dates de valeur » : l’argent apparait sur votre compte, mais en réalité il n’est pas compté vraiment dans votre solde, que ce soit pour payer, ou pour renflouer un agio

Depuis quelques années cependant, la loi a interdit les dates de valeur pour les virements et prélèvements. Elles étaient une vraie plaie, avec 2 ou 3 j de différé dans certaines. C’est fini, mais cela reste autorisé pour les chèques, avec 1 jour de date de valeur. L’exemple de la FBF est parlant : si vous encaissez et émettez un chèque le même jour, et que votre compte était à zéro, vous aurez en fait 2 jours de découvert !

Auparavant, certaines banques appliquaient 7 jours de date de valeur sur les chèques !

Et que croyez-vous que les banques font pendant que tout cet argent est rentré dans leurs comptes, mais n’est pas encore sur le votre ? Elles le placent, bien entendu. Elles se le prêtent entre elles par exemple; certes les taux, basés sur l’EURIBOR et l’EONIA sont actuellement très faibles, suivant en cela la BCE. Mais il faut savoir que, comme par magie, pour ces prêts les banques ont « retrouvé » leurs serveurs et savent les faire marché tous les jours : les rendements sont calculés selon des années de 360 jours, et avec des jours calendaires. Ben tiens ! Alors forcément, il est intéressant de recevoir l’argent pendant une nuit, et de le donner au compte destinataires la nuit suivante : multiplié par des millions de transactions par jour, cela représente une somme énorme..

Le conseil Rentables

Passez à une banque en ligne pour réduire ces problèmes de dates !

One thought on “Quand les banques manipulent les dates”

  1. C’est clair qu’en 2015 il serait logique d’avoir :
    1/ des virements qui s’exécutent instantanément, un échange entre API de banques devrait le permettre, par exemple : j’initie un virement, ça ne débite pas de mon compte, ça commence par faire un appel sur le serveur de la banque du destinataire, vérifie que le virement peut être effectué, si c’est ok alors on fait les 2 en même temps : débit chez moi, crédit chez le destinataire et basta. En cas de problème on m’indique une erreur et la transaction est abandonnée. Pour tout ce qui est virement Européen il n’y a pas de raison que ça ne puisse être fait comme ça ! 24h/24 et admettons 361 jours par an, je veux bien que 1 jour par trimestre soit prévu pour faire des opérations de maintenances, mises à jour, …
    2/ une remontée 24/365 de tous les paiements VISA & co dans l’heure ou au pire la demi-journée. Là encore à l’heure actuelle tout est informatisé, en réseau, … quand on voit qu’une VISA électron va vérifier ton solde à chaque transaction, ça ne doit pas être beaucoup plus compliqué de remonter les transactions en quasi temps réel. Les distributeurs de billets et les terminaux de paiement fonctionnent le dimanche… pourquoi l’info serait-elle bloquée quelque part ???
    3/ suppression pure et dure de toutes les dates de valeur. Le jour où le chèque est analysé et traité par la banque l’argent doit passer d’un compte à l’autre ce même jour. Pour les intérêts des comptes type livret A, même chose. On ne peut pas être une banque et d’un côté faire des transactions boursières à la micro-seconde et quémander 15 jours de délais pour des intérêts « parce que, mon bon monsieur, vous comprenez, c’est compliqué à calculer sinon » 🙂

    Bon malgré tout il faut reconnaitre qu’il y a eu un peu de mieux ces dernières années, quand on est sur les bons créneaux niveau virement, on peut parfois voir le débit/crédit dans la même journée (sur 2 banques différentes).
    Certaines banques (Boursorama dans mon cas) font aussi les virements entres « utilisateurs » quasi instantanément + de compte à compte (même utilisateur) instantanément. Pour ma part, après des années à la poste bancale ça change la vie !
    Enfin bref, c’est typiquement le genre de situation où un parlement européen devrait pouvoir imposer des directives du type : « après analyse de la situation, nous avons constaté que les dates de valeur devaient dégager, que les coûts liés sont négligeable car les infrastructures sont déjà en place, et vous avez jusqu’au 1er janvier 2016 pour vous mettre en règle ». Pareil pour les autres points.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *