Rentabilité des voitures électriques

Ça y est, les voitures électriques commencent à arriver. Entièrement électriques, et non plus hybrides, elle restent cependant chères à l’achat. Valent elles le coup financièrement ?

Modes d’achat de voiture électrique

Nous allons décortiquer les coûts d’une voiture thermique et d’une électrique, en nous basant sur les offres réelles des constructeurs à la fin 2012. Il faut déjà regarder comment on achète :

  • Achat du véhicule ET de la batterie : exemples Peugeot Ion, Nissan Leaf.
  • Louer le véhicule ET la batterie. Exemple : Peugeot Ion
  • Acheter le véhicule mais louer la batterie ; exemple : les Renault Zoé et Fluence.


Hypothèses de calcul

Calculer la rentabilité d’une électrique est fort compliqué. Fatalement, leur autonomie réduite empêche de partir en vacances avec, et donc vous ferez moins de km qu’avec une voiture actuelle.

  • Hypothèse 1 ; vous ferez 50km par jour avec, pour aller au travail ou sortir le weekend, et cela 250 jours par an. Soit 12 500 km. Il est difficile de faire beaucoup plus en électrique
  • Hypothèse 2 : vous faisiez 7500 km par an de grand trajets, qui seront faits maintenant avec le 2e véhicule de la famille, non électrique. Il ne faut pas oublier ce point dans le calcul, sinon on sous évalue le coût de l’électrique !!
  • Hypothèse 3 : Moins utilisée et moins complexe, une électrique se revendra mieux qu’un véhicule normal.
  • Hypothèse 4 : nous partons sur une durée de vie de batteries de 8 ans
  • Hypothèse 5 : entretien. En l’absence de données fiables, nous anticipons des révisions 15% moins chères sur les électriques. Les pneus restent au même prix
  • Fait : les assurances sur les véhicules électriques sont au même prix que les modèles équivalent diesel. Les assureurs attribuent même parfois des « bonus verts » mais nous les négligerons.

 

Consommation d’une électrique

Comme vu par ailleurs, la consommation d’une électrique est d’environ 2 euros par 100km.

Cela représente moins du quart d’une diesel, qui est à 8,40 euros de carburant aux 100km.

 

Exemple avec une Peugeot Ion

Remarque 1 : la Ion est louée avec 50 000 km sur 5 ans, ici nous avons imaginé sur 4 ans, donc il y aurait surement un surcoût.

Peugeot Ion active 107 essence envy Ion en location
Prix d’achat catalogue 29500 12750 24000
Remise écologique -7000 -200 0
Revente après 4 ans -14750 -4462,5 0
Entretien et pneus 1300 1500 0
Carburant pour 50 000 km 1000 4000 0
Assurance 2000 2000 0
Coût total 12050 15587,5 24000

Clairement, avec nos hypothèses, la Ion est rentable par rapport à une 107, mais cela est très approximatif. En effet il suffirait de rouler moins et d’avoir une revente un peu moins bonne pour que l’électrique ne soit pas rentable. Le choix de l’électrique reste, financièrement, un pari. Car il est possible que dans 4 ans, avec de nouveaux modèles beaucoup plus performants et des batteries moins chères, le prix de revente des Ion 2012 soit mauvais. Ou pas.

 

Reste à refaire les mêmes calculs pour la Nissan Leaf et la Renault Zoe (surtout pour son option « ne louer que la batterie »). Cependant  comme je doute que Renault n’ait prévu de perdre de l’argent en louant ses batteries, il reste à mon avis préférable de tout acheter. Si certains trouvent un avantage financier à louer la batterie, c’est surement parce qu’ils ont tablé sur une durée de vie inférieure à celle utilisée par Renault dans ses calculs !

 

One comment on “Rentabilité des voitures électriques

  1. on mars 31, 2013
    spf says:

    C’est bien de préciser le fait qu’il est difficile de se passer d’une seconde voiture !

    Un des paramètres supplémentaires que tu pourrais évoquer c’est le fait qu’aujourd’hui on est quasiment obligé d’acheter une voiture électrique neuve (marché de l’occasion inexistant ou inintéressant). Hors pour qui veut faire des économies, l’achat d’un véhicule neuf est rarement une bonne idée (décote très importante la première année). Alors certes ensuite la comparaison est difficile (électrique neuve vs essence d’occasion) mais ça serait malgré tout le plus cohérent, en tout cas dans mes réflexions personnelles c’est ce que je fais (coût total de possession d’un véhicule sur une durée définie, qu’il soit neuf ou non au départ je m’en fous).

    Par exemple une 107 achetée 6 000 euros d’occasion se revendra probablement 3 000 euros.
    Le même calcul nous donne un TCO sur 4 ans de 10 500 euros. Financièrement : avantage alors à l’essence… et même si on rajoute 1000 euros de frais supplémentaires à cause de l’âge de la voiture, ça reste encore rentable.

    Bref je trouve le calcul réel très difficile à faire, et je crois que c’est avant tout idéologique. Que dans un tel cas, l’idée n’est pas forcément d’aller au plus rentable mais plutôt d’aller dans une direction (acheter électrique pour que le développement de ce marché s’intensifie, que la recherche aille dans ce sens…). La prime du gouvernement est un bon incitateur « à ne pas trop perdre d’argent » en achetant électrique, ce qui rend l’investissement plus pertinent (moins délirant quoi).

    En plus quand on a une voiture électrique on se vante sans souci de dépenser 4 fois moins en consommation (en omettant le surcoût d’achat) ce qui est un très bon moyen d’inciter les autres à acheter à leur tour ce genre de voiture 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *