Comment acheter des bitcoins facilement

graphique de bitcoin

Acheter des bitcoins relève du parcours du combattant pour le néophyte : en effet cette monnaie digitale ne s’achète pas à la BNP du coin, ni en bourse.. pour le moment du moins. Si quelques acteurs des produits dérivées s’y sont mis (comme IG Markets), ils risquent connus uniquement des boursicoteurs. Leurs comptes ont régulièrement des prix d’abonnement ou des minimum d’investissement en milliers d’euros.

Nous allons donc comparer les prix d’achats, frais de transaction, et facilité d’achat sur chacune de ces plateformes

Les bourses traditionnelles

IG Markets a été l’un des premiers à permettre d’acheter et de vendre des bitcoins via une bourse « traditionnelle ». Cependant, avec eux, vous n’achetez pas vraiment un bitcoin que vous auriez sur votre portefeuille : vous donnez 15 000$ à IG, et échange, ils écrivent une quantité de 1 sur la ligne bitcoin, dans leur base de donnée, pour votre nom d’utilisateur. Leur « bitcoin » ne peut donc pas être utilisé pour acheter en ligne, par exemple. C’est simplement un actif boursier, comme le serait une action de Total. La facilité d’achat est moyenne : très facile pour les boursicoteurs. Pour les gens normaux, créer un compte sur ces plateformes n’est pas évident.

En terme de coût, IG est bien placé: 15 221 à l’achat, 15 141 à la vente, le « spread » représente à peine 0,52% du prix pour un achat + une revente.

Les bourses de Bitcoin

Elles mettent en relation des acheteurs et des vendeurs de bitcoin, via une plateforme d’échange qu’ils ont développé eux-mêmes : ces bourses spécialisées se montent comme des petits pains par centaine : Kraken ou Bitfinex sont les plus connus en Europe. Le monde des cryptomonnaies a encore en tête la faillite de la bourse Mt Gox en 2013, et la prudence est de mise avec ces établissements non régules : s’ils font faillite (ou s’auto volent des bitcoins), vous n’avez aucune garantie.

Techniquement, ici, la situation est intermédiaire : vous achetez un « vrai » bitcoin, il est relié à une adresse à vous, mais il est stocké dans le portefeuille « global » de bitcoins de la bourse : la transaction est donc bien visible sur la blockchain (le registre des transactions), avec votre adresse de portefeuille « interne » à la bourse : c’est eux qui gèrent votre clé cryptographique secrète. Afin de pouvoir acheter avec ce bitcoin, ou le mettre en lieu sur dans votre portefeuille à vous, il faudra réaliser une opération de retrait, un « withdrawal » : le principe est de vous créer un portefeuille de bitcoin (chose plus ou moins aisée selon le logiciel utilisé), et de noter son adresse (une suite d’une trentaine de caractères incompréhensible). Ensuite, lors du retrait, vous indiquez à votre bourse à quelle adresse les fonds doivent être envoyés. Ce retrait génère des frais de transaction.

Les bourses de bitcoins ont toutes des frais différents, des listes de monnaies digitales supportées plus ou moins longues. Elles ont fréquemment des limites de dépôt et de retrait d’argent par période. De plus, pour augmenter ces limites, vous devrez souvent fournir des informations d’identité ou d’adresse, afin de respecter les lois anti-blanchiment. Contrairement au mensonge véhiculé par les média, les cryptomonnaies ne sont donc pas un repaire de mafieux : la mafia n’a pas attendu le bitcoin pour prospérer, et si certains mafieux utilisent désormais ces monnaies, ce ne sera pas via ces bourses de bitcoin, car elles font le lien entre vos portefeuilles.

Attention : une partie de ces bourses n’acceptent pas les dépôts en monnaies « fiat » (officielles) : c’est le cas par exemple de Bitfinex depuis quelques mois, les dépôts en USD ou en EUR sont bloqués : la seule façon de réaliser des transactions sur ces plateformes est alors d’envoyer une somme déjà en bitcoins (achetée via un autre moyen) à votre portefeuille « interne ».

Même pour Kraken, pas de dépôts en carte bancaire : en effet, les cartes bancaires ne sont pas des moyens de paiement irréversibles ; une carte peu être volée, une transaction peut être annulée par la banque pendant 60 jours. A l’inverse, un achat sur la blockchain Bitcoin est irréversible : vous comprenez que la bourse ne souhaite pas prendre le risque que vous soyez un escroc qui blanchit de l’argent volé, et que la banque du pauvre gars volé se retourne contre elle en annulant la transaction. Du coup, seuls les virements bancaires sont autorisés.

Les frais de transactions sont souvent de l’ordre du quart de pourcent : par exemple Kraken prend 0,26% par transaction.. Soit 0,52% par aller-retour, tiens tiens comme IG. Poloniex est à 0,25% par transaction. Contrairement à une autre idée reçue, les crypto monnaies ne sont donc pas une solution aux frais de transaction, en tout cas pas avec ces bourses : les frais de transaction sur des achats et ventes d’actions du CAC40 sont plus bas ! de l’ordre de 0,1% chez Boursedirect ou Binck, soit 2x moins élevés.

Les plateformes d’échange

Des plateformes permettent aussi d’acheter des bitcoins plus facilement : elles ne les stockent pas dans un portefeuille. C’est le cas par exemple de Changelly, qui permet également l’achat par carte bancaire, beaucoup plus rapide : seul le temps de validation de la transaction (propre au réseau bitcoin, de l’ordre de une heure) est nécessaire pour recevoir son bitcoin. Cependant, vu le risque décrit plus haut avec les CB, Changelly a des limites sur les premiers achats par CB : par exemple pour l’eurozone, ils limitent le premier achat à 100 euros, limite qui monte graduellement pendant une semaine.

Ce service a un coût élevé. TRÈS élevé. Sur leur page d’accueil, Changelly annoncent 17 000$ pour acheter un bitcoin, là où il y a quelques minutes lors de notre tests sur IG, nous étions vers 15 000. Ce n’est pas une erreur, le bitcoin n’a pas varié de 10 entre temps. En plus de frais de transactions $/BTC de 0,(%, Changelly ajoute 5% de frais d’utilisation de leur plateforme, et 5% pour l’utilisation de carte bancaire. Soit 10,5% au total, pour un simple achat ! Sans compter que si vous n’avez pas de portefeuille (« wallet »), vous devrez vous le créer vous-même avant ; au moins avec les bourses de bitcoins, elles stockent vos deniers en ligne. C’est moins sécurisé, mais pratique.

Pas étonnant qu’avec des frais aussi élevés, Changelly ait un programme d’affiliation promettant de reverser aux apporteurs d’affaire 50% des gains.

Il en va de même avec les autres plateformes : par exemples, Coinhouse.io, plateforme gérée par la maison du Bitcoin (Paris), prend 6 à 10% de commission en PLUS des frais Kraken. Ça fait cher la carte bancaire !

 

D’autres plateformes, comme LocalBitcoins, ont une concept différent : mettre vraiment en relation acheteur et vendeur : le prix est fixé librement (donc par le vendeur), la transaction s’effectue ailleurs (Paypal, cash, virement..) et LocalBitcoins joue le tiers de confiance : le Bitcoin est mis en dépôt chez eux en attendant que les deux parties confirment que la transaction s’est bien passé. Echaudés par les arnaques, la plupart des vendeurs demandent désormais du cash ou un virement. De plus, leurs tarifs sont prohibitifs : ainsi, le meilleur acheteur est à 13 207 EUR et le meilleur vendeur à 14 325 EUR : cela implique des frais pour un aller retour de 8% ! Voire plus, car les propositions s’éloignent rapidement de ces valeurs.

En outre, passer par ce genre de site est risqué : on peut très bien se retrouver dans un système de blanchiment d’argent : un mafieux est prêt à payer 8% de frais pour faire des allers-retours entre pays ou monnaies pour blanchir son argent.

 

Acheter moins cher : notre conseil

Notre conseil pour acheter moins cher : passez par des bourses de bitcoin qui acceptent les virements (comme Kraken), puis transférez les pièces vers votre portefeuille personnel pour les mettre en sécurité. Certes, leurs frais de transactions sont  supérieurs aux frais réels du Bitcoin (106 220 satoshis à ce jour pour être sur que sa transaction soit approuvée, soit 17$) pour de grosses transactions. Mais pour de petites transactions, inférieures à 0,1 BTC, les frais inhérents au bitcoin deviennent supérieurs à 1% : le 0,25% à payer à Kraken devient alors négligeable.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *