voiture chinoise en France ?

La nouvelle est tombée récemment, et bien qu’elle ne fasse pas la une des journaux, elle inquiète les constructeurs européens : une voiture chinoise va arriver pour de bon sur notre marché : la Qoros, à partir de janvier 2014.

Enfin, à moins que ce ne soit encore repoussé..

La société Qoros est une coentreprise de Chery et Israel Corporation. Faut-il se précipiter pour acheter une Qoros ? Que faut-il en attendre en terme de prix, de qualité et de sécurité ? Rentables.fr lève le voile sur ce phénomène qui ne fait que commencer.

Une entrée chaotique

Cela fait bientôt 10 ans que les constructeurs automobiles chinois, largement leaders sur leur marché intérieur, cherchent à conquérir le monde. Déjà en 2007, un premier modèle chinois devait être importé, de marque Landwind. Cela ne s’est pas fait, notamment pour des raisons de normes de sécurité et d’import, non respectées.


Mais enfin, les chinois ont fait des progrès. Après les japonais dans les années 80 et plus récemment les Coréens.. Les chinois vont-ils lancer une troisième vague d’invasion asiatique automobile, qui menacerait encore un peu plus les rares usines qui restent en France ?

Voyons d’abord si cela serait intéressant en terme de prix.

Le prix

D’après le prix des modèles à l’étranger, on peut imaginer le futur prix public en France. Par exemple Chang’an vend ses modèles en Algérie :

  • Le Chang’an CX20 (classe « , longueur 3m90, moteur essence 84ch) est vendu pour l’équivalent de 9000 euros. Moins cher que la Dacia Logan.
  • Le Chang’an Sania est à 12 500 euros. C’est une voiture de 4m62, de classe 4.

Dans tous les cas, c’est moins cher que des modèles low cost, et environ 40 à 50% moins cher que le prix catalogue d’un modèle européen : une Polo à 15 000 euros, ou une Passat à 25 000 euros. C’est un fait, les modèles chinois seront environ 10% moins cher que le Low Cost européen de type Dacia, et 20-25% moins cher que les marques moins renommées comme Ford ou Suzuki.

De même le prix attendu de la Qoros GQ3 tourne autour de 16 000 à 18 000 euros, soit 30% à 40% en dessous de la Passat.

Attention ! le cout à l’usage des modèles chinois sera élevé pour deux raisons :

  • Leur format est très américain, car prévu avant tout pour ce marché. Coffre séparé à l’arrière, fonctionnalités automatiques type phare ou essuie-glace, assez en retard..
  • Les moteurs sont issus principalement de brevets rachetés à l’étranger, et sont gourmands en carburant et ont une reprise très moyenne par rapport à leur puissance. Ce qui nécessite d’appuyer sur le champignon, et donc de consommer et de s’user vite.

La qualité et la sécurité

Les japonaises sont désormais des références en terme de qualité et de sécurité : Toyota vaut bien Volkswagen. Les Kia de Corée suivent cette voie. Qu’en est-il des marques chinoises ? A en croire un expatrié là-bas, la qualité n’est pas encore du tout au rendez-vous : question de coût, il n’y a pas de magie.

Les mauvais côtés reprochés aux chinoises :

  • Les roulements des roues deviennent bruyants et sifflants avant les 100 000 km
  • Les plastiques et la finition sont de basse qualité
  • Les tôles sont plus fines, et broyées au moindre crash.

Les constructeurs chinois ont encore de gros progrès à faire. Même si Qoros veut se positionner dans du « haut de gamme chinois », raisonnablement, il leur faudra encore une bonne dizaine d’années pour atteindre une qualité comparable aux marques occidentales.

Les marques

Une bonne dizaine de constructeurs chinois cherchent à percer hors de Chine; pour les imports, il s’agit surtout de modèles de type 4×4 à la base :

  • LandWind (marque de Jiangling)
  • Chery
  • Byd, Brillance
  • Gelly (qui a racheté Volvo)
  • NAC (qui a racheté MG) et SAIC
  • Great Wall Motor
  • First Automotive Work
  • Shuanguan

Aucune de ces marques n’a encore réussi en Europe. La Qoros GQ3 va donc avoir fort à faire pour percer, et raisonnablement, nous préférons encore vous conseiller une Dacia à la fiabilité et à la sécurité éprouvée. Et cela sans même considérer les aspects patriotiques, tout relatifs lorsque désormais Peugeot et Renault fabriquent une bonne moitié de leurs véhicules hors de France.


2 thoughts on “voiture chinoise en France ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *