Prix des billets d’avion à la tête du client ?

Un petit scandale a éclaté en cette année 2013 : les gros sites internet de vente de billet d’avion en ligne auraient un petit secret pas très catholique : ils modifieraient les prix à la tête du client.

D’où vient la rumeur ?

Cette rumeur s’est répandue partout, jusqu’à passer en reportage à la télé. En remontant la piste, il semble que soit né d’un article publié par l’immonde le monde, journal du très socialiste Xavier Niel. Bizarre bizarre, n’est ce pas, ce genre de rumeur venant du journal de ce soi-disant génie de l’internet, qui a rappelons le fait sa 1e fortune avec du minitel rose et d’autres activités pas trop classe.

Dans un article bâclé et sans aucune preuve technique, il est décrit la soi disant technique utilisée par les méchants sites internet : ils utiliseraient les cookies, ces petits fichiers déposés sur le disque dur de chaque utilisateur, pour tracer les accès. Ainsi, un utilisateur verrait le prix de ses billets augmenter peu à peu de 5 ou 10 euros entre les visites, pour lui donner l’impression que les prix augmentent, et qu’il est urgent d’acheter.


Le plus incroyable est que cette rumeur s’est répandue partout, bien entendu sans jamais de nom de site internet précis donné, ni exemple daté, ni capture d’écran. Jusqu’à même tromper des sites sérieux et des gens du métier, ainsi le réputé Tomsguide a repris la nouvelle !

Des preuves ?

Attention ! Nous ne disons pas que cette technique est impossible, ni qu’elle n’est utilisée par personne. Mais nous allons voir qu’au pire elle est très rare, et en tout cas très facile à contourner.  Nous ne sommes pas les seuls à dire que la manipulation des prix de billets n’existe pas vraiment.

Si il n’y a pas de preuve pour, il y a des éléments techniques précis qui montrent pourquoi cette accusation d’arnaque sur les prix (qui a même entrainé une enquête officielle de la CNIL !) est bidon. Ça va devenir un peu technique, mais c’est nécessaire

Comment les prix des billets sont calculés ?

Les prix des billets d’avions ne viennent pas directement des sites de vente comme Go-Voyages, Expedia, Orbitz et autres voyagistes. Il y a en réalité trois niveaux :

  • Au niveau le plus « élevé », des méta moteurs agrègent les résultats des sites de voyagistes. Le plus connu est Kayak/Liligokayak, il y a aussi le (mauvais) vol24 par exemple.
  • En intermédiaire, les voyagistes « classiques » comme Opodo ou Expedia
  • Au bas niveau, qui irrigue le niveau intermédiaire, se trouvent les « GDS ». Les GDS sont des systèmes de réservation internationaux, initialement nés autour d’une grande alliance de compagnies aériennes. Ces GDS agrègent les données de nombreuses compagnies aériennes, mais pas forcément toutes. Les GDS les plus connus sont Sabre, Amadeus et Travelport (ex Galileo)

Initialement, les GDS étaient donc un moyen pour les compagnies partenaires dans le cadre de hubs (comme par exemple AirFrance-KLM partenaire avec l’américain Delta au sein de l’alliance Skyteam) de mettre en commun leurs informations, afin de proposer des vos avec correspondance et des tarifs unifiés.

Ainsi, Amadeus est le GDS lancé par l’Europe (AirFrance et Lufthansa en tête), Sabre vient de American Airlines, et Galileo était transatlantique entre Britsih Airways et United (et d’autres européens, Delta a depuis adopté un autre GDS). Le marché des GDS bouge très vite, les moyen-orientaux et les chinois essayent désormais d’imposer leurs systèmes. On notera aussi que les GDS modernes savent gérer aussi des locations liées, par exemple des chambre d’hôtels.

Bref, les prix viennent à la base des GDS, et non des sites comme Opodo, qui ne font que les retranscrire.

Mise en cache et tête du client

Tout ceci est très important car cela signifie deux choses :

  • d’une part que les voyagistes ne sont pas maitres des prix, imposés par les compagnies, MAIS ils peuvent y ajouter leurs marges ou frais de dossiers cachés.
  • d’autre part, et c’est là un conseil à retenir, beaucoup de voyagistes sont liés à un seul GDS, qui ne connait pas forcément toutes les compagnies du marché. Certains n’ont aucune low cost, d’autres n’ont pas les finlandais ou chinois, etc.. Il faut donc toujours passer par un méta moteur, afin de taper sur un maximum de GDS possibles.

Puisque le voyagiste ne sait pas si le prix a changé depuis son dernier appel, il est obligé de rappeler le GDS chaque fois qu’un client lui demande un prix de billet. C’est pour cela que contrairement à la plupart des sites de vente en ligne, un site de vente de billets d’avion est toujours très lent à répondre, en général un bon 30 secondes. Il n’y a pas, ou très très peu de mise en cache. Ces prix actualisés impliquent deux choses :

  1. Ils ne dépendent pas de la tête du client. En effet l’adresse IP du visiteur ou une autre info d’identification, ne fait pas partie des paramètres utilisés par les GDS pour calculer les prix. Nous pouvons vous le garantir, ayant travaillé professionnellement avec les API de Travelport.
  2. Ils peuvent effectivement augmenter d’une visite à l’autre, en fonction des places restantes, car les compagnies fixent les prix avec des contingents à chaque tarif. Le jeu des réservations (siège bloqué pendant un achat puis l’achat est annulé, réservation de groupe par un tour-opérateur de type Fram) peuvent faire varier fortement le prix dans les deux sens.

En conséquence, si un prix était modifié « à la tête du client » sur site de type Opodo :

  • L’utilisation d’un méta moteur permet d’éviter d’être repéré, car Opodo, lorsqu’il est appelé par Kayak, ne sait pas que c’est vous qui faites un 2e appel.
  • La seule façon pour un tel site de vos pigeonner est donc de rajouter des frais de dossier. Ça se voit vite au moment de payer, et évidemment si on vous rajoute 20 euros de frais, votre premier réflexe sera de retourner sur le méta moteur de type Kayak pour trouver un prix plus bas, qui n’aurait pas été « falsifié ».

Enfin, le part de sites qui pratiquent ce trafic de prix est surement minoritaire car les plus grands avec lesquels nous travaillons, comme Opodo, ne le font pas.

Donc stop à la rumeur débile ! Utilisez Kayak !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *